Fatigue hygrale des cheveux : causes et solutions

On en parle peu pourtant voilà un phénomène assez répandu qui peut expliquer pas mal de déconvenues capillaires.

La fatigue hygrale, c’est une fatigue du cheveu causée par un excédent d’eau. Hydrater ses cheveux, c’est bien mais lorsqu’ils sont gorgés d’eau en permanence, cela les affaiblit et visuellement, les conséquences ne se font pas attendre.

On zoome de plus près sur le mécanisme qui entraîne la fatigue hygrale, les causes possibles, les signes à ne pas négliger et surtout les solutions pour rétablir l’équilibre !

Fatigue hygrale : c’est quoi ?

Pour faire simple, la fatigue hygrale, c’est un excès d’hydratation.

Si on veut donner une définition plus précise, c’est une altération de la fibre capillaire, causée par un mouvement renouvelé et prolongé de tension et de détente, entraîné par une sur exposition à l’eau.

Pour bien comprendre, rappelons nous que le cheveu est poreux. Comme une éponge, il est capable d’absorber l’eau, jusqu’à 45% de son poids même ! Il fonctionne aussi comme un élastique : il se contracte puis se relâche, s’étirant de plus en plus.

femme passant la main dans ses cheveux secs fatigués

Or c’est lorsque le cheveu est imbibé d’eau qu’il est le plus fragile, plus il va être gorgé d’eau, plus il risque de casser. En effet, l’eau augmente le diamètre de la fibre capillaire (d’environ 15%) et la fait gonfler en quelque sorte, si cette distension se répète trop fréquemment, le cheveu s’étire trop et en vient au point de rupture.

En simple, le poids de l’eau est trop important, le cheveu ne le supporte plus et casse. 

Fatigue hygrale : quelles causes ?

L’abus de soins hydratants

On pense toujours bien faire en voulant booster l’hydratation de nos cheveux, on se dit qu’ils n’en seront que plus beaux !

Comme souvent, tout est question de dosage. Les masques hydratants et tous les soins gorgés d’eau et/ou qui promettent de retenir l’hydratation au cœur de la fibre capillaire peuvent avoir un effet délétère si on les applique trop souvent. 

Le shampoing quotidien

C’est une question d’habitude, certaines personnes ne peuvent pas s’empêcher de se laver les cheveux tous les jours.

Lecture recommandée : Peut-on se laver les cheveux tous les jours ?

Cela étant, pour certains types de cheveux, recevoir une trop grande quantité d’eau chaque jour contribue à aggraver le problème de la fatigue hygrale. Trempés, les cheveux sont plus lourds, les longueurs vont donc s’étirer davantage, parfois trop.

De plus, les cheveux vont mettre du temps à absorber l’eau, et durant tout le temps où ils vont être humides, ils sont très vulnérables. Si en plus, on les brosse lorsqu’ils sont encore mouillés, on risque de les traumatiser plus encore…

Porosité des cheveux

Tous les cheveux n’absorbent pas l’humidité de la même manière et ils ne retiennent pas l’eau de façon égale non plus. 

Dans le cas de cheveux à forte porosité, les cuticules sont ouvertes, ce qui signifie que l’eau pénètre facilement la fibre capillaire mais en ressort aussitôt car elle n’est pas retenue.

Lecture recommandée : Comment connaître la porosité de ses cheveux (et les soins à apporter) ?

Mouillé, le cheveu se gonfle puis reprend sa forme initiale rapidement car l’eau s’est vite évaporée. Ce changement brutal abîme la structure du cheveu. 

Nature de cheveux

Les cheveux bouclés comme les cheveux crépus sont naturellement plus pauvres en sébum que les cheveux raides (en raison de leur structure, le sébum ne parvient pas à aller au bout de la longueur.)

Or cheveux secs et porosité sont liés ; si les cheveux sont très secs, ils sont aussi très poreux et donc plus sujets à la fatigue hygrale. 

Lecture recommandée : Comment hydrater ses cheveux crépus ?

Fatigue hygrale : comment savoir si mes cheveux en souffrent ?

Les signes ne trompent pas en général et le tableau n’est pas reluisant: les cheveux sont mous, fragiles, cassants, secs, ternes et sans forme. Les boucles ne sont pas bien rebondies, voir même mal définies, les frisottis sont nombreux et on a bien du mal à se coiffer !

Le test à faire si on a encore un doute, c’est de prendre un cheveu entre ses doigts, et de l’étirer longuement, à la manière d’un élastique. Si à la fin, le cheveu reprend sa forme, il est bonne santé, si en revanche, il reste étiré, on peut conclure à une fatigue hygrale.

5 conseils pour lutter contre la fatigue hygrale

Respecter le temps de pose

Par excès de zèle, on laisse parfois poser son soin beaucoup plus longtemps que ce qui est indiqué pensant décupler l’effet.

C’est une erreur car cela peut entraîner un trop plein d’hydratation et de ce fait, la fatigue hygrale. On garde en mémoire qu’un masque ou un soin pose en général entre 15 et 30 minutes, cela suffit amplement, après on rince !

Lecture recommandée : Combien de temps laisser poser son masque pour les cheveux ?

Dans la même idée, on oublie la baggy method et tout ce qui consiste à enturbanner la chevelure toute une nuit, c‘est vraiment le geste à éviter ! 

Miser sur les soins protéinés

La structure du cheveu est mise à mal avec la fatigue hygrale. Il est donc nécessaire de la réparer avec des protéines, l’élément le plus important du cheveu.

Le soin va colmater les brèches et former une gaine autour de la fibre capillaire qui la protègera des agressions extérieures. Dans le cas de la fatigue hygrale, on opte plutôt pour des protéines hydrolisées, c’est à dire dont les molécules ont étés fragmentées pour traverser la fibre capillaire, c’est ce qui sera le plus efficace.

Les protéines de soie, de riz et de blé sont les plus répandues. Là encore, on reste dans la mesure : un masque protéiné toutes les deux semaines, c’est tout à fait suffisant, une overdose de protéines aurait un effet contre-productif.

Lecture recommandée : Masque protéiné pour les cheveux : bienfaits et recette maison

Adopter l’huile de coco

On le sait : l’huile de coco est un véritable élixir qui résout pas mal de problématiques cheveux, dont la fatigue hygrale !

noix de coco et huile de coco

Appliquée avant un shampoing, l’huile de coco permet d’imperméabiliser le cheveu, elle va empêcher la tige capillaire d’absorber trop d’eau. C’est une sorte de bouclier !

Préférer une serviette en microfibres

Quand les cheveux souffrent de fatigue hygrale, on les laisse de préférence sécher à l’air libre car le sèche-cheveux provoque une agression de plus en les forçant au mouvement contraction-relâchement trop rapidement.

Bien entendu, on ne les laisse pas détrempés et on les essore afin de retirer un maximum d’humidité. Pour cela, l’option la plus douce et la plus respectueuse, c’est d’utiliser une serviette en micro-fibres qui crée moins de frictions que la serviette éponge (et du coup moins de casse !) 

Si vous êtes vraiment pressée, ok pour le sèche-cheveux… mais à basse température !

Lecture recommandée : 8 conseils pour sécher ses cheveux sans les abîmer

Rincer au vinaigre de cidre

Le vinaigre de cidre est un remède efficace, en raison de son PH faible, pour pallier à la fatigue hygrale des cheveux.

Le pH du cheveu et du vinaigre de cidre sont très proches, autour de 5 alors que l’eau est à 7. En rinçant ses cheveux au vinaigre de cidre, cela contribue à rétablir l’équilibre du cheveu et aux écailles de se resserrer.

Le bon geste : on dilue un volume de vinaigre de cidre dans 10 fois son volume d’eau et l’on s’en sert de dernière eau de rinçage.

Lecture recommandée : Vinaigre de cidre pour les cheveux : bienfaits et utilisations